Loading

Apprendre à mieux comprendre son énergie à bord

Apprendre à mieux comprendre son énergie à bord

Des articles sur l’énergie à bord, il en existe des centaines, parfois un peu complexe et pas toujours adaptés à notre voilier ou notre programme de navigation. Pour essayer de simplifier l’article, ici pas de schéma, ni de calculs scientifiques,  mais juste quelques bases simples à respecter avant de se lancer dans des travaux de modifications importants et éviter des erreurs d’installations et onéreuses.

Commençons par le début, c’est à dire, connaître le besoin en énergie, en faisant un bilan énergétique.

Il faut connaître la puissance en watt de tout les consommateurs du bateau et leurs temps d’utilisation sur 24H. Le temps d’utilisation se déclinera en 2 versions: 

– une journée de voile et une nuit au mouillage

– une journée 100% voile 

Le bilan énergétique:

Pour cela, aidons nous d’un tableur. Bien évidemment, ce tableur est modifiable et devra être adapté en fonction de chaque bateau et du programme de navigation.

Cette première étape est certainement la partie la plus simple. Lorsque l’on connait la consommation sur 24H, il faudra produire la même quantité d’énergie sur 24H pour équilibrer.

 

Bilan consommation

 

Tableur de consommation Mac (Numbers)

Tableur de consommation PC (Excel)

Recharger ses batteries, c’est simple au port avec un bon chargeur, mais en mer, c’est bien plus compliqué.

Les systèmes de recharge en mer:

Le moteur:

Commençons par le moteur, puisque nous l’avons à bord. Ici c’est l’alternateur qui fait le job.

Mais le fait-il bien ? 

Je dois dire qu’en règle générale, non, mais pas du tout (sauf cas particulier). Pourquoi: 

80% des alternateurs de nos moteurs, sont des alternateurs de voiture, d’environ 75 A, pas du tout étudiés pour recharger correctement des batteries de service, mais juste pour recharger la batterie de démarrage.

Sur des moteurs plus récents, on commence à voir l’apparition d’alternateur 115 A.  On pourrait imaginer que c’est un peu mieux, mais malheureusement, le fait d’avoir une régulation interne, l’intensité chute très rapidement. De plus, il est recommandé d’avoir un bon parc de batteries acceptant une bonne absorption.

 

Pour bien recharger son parc de batteries de service correctement et rapidement, il faut:

– Connaître la limite d’absorption de son parc de batteries:

Mais qu’est-ce ?

C’est la capacité en ampères que peut absorber une batterie. 

Les batteries standard au PLOMB, ont une capacité d’absorption d’environ 10%. 

Les batteries AGM, ont une capacité d’absorption d’environ 20%. 

Les batteries GEL, ont une capacité d’absorption d’environ 15%. 

Les batteries LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique ont une capacité d’absorption d’environ 80%.

C’est à dire qu’un parc de batteries au PLOMB de 200 Ah pourra absorber 20 A, alors qu’un parc de batteries AGM de 200 Ah pourra absorber 40 A et 30 A pour un parc de batteries au GEL. Donc inutile d’avoir un alternateur puissant, si l’on ne peut absorber que 20, 30 ou 40 A.

A l’inverse, une batterie au LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique de 200 Ah, pourra absorber 160 A

Donc:

– Avoir un parc de batteries conséquent (2 ou 3 X 225 Ah AGM ou 1 ou 2X150 Ah LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique) permet d’absorber la charge d’un alternateur puissant

– Avoir un alternateur puisant avec une régulation externe de type Booster permet une charge rapide et correcte à 3 phases (Boost – Absorption – Floating)

L’idéal, serait de garder l’alternateur standard pour la recharge de la batterie moteur et propulseur, et d’avoir un deuxième alternateur puissant avec une régulation externe de type Booster, pour le parc de batteries de service. Le mieux, mais le plus onéreux.

L’installation d’une poulie d’un diamètre plus important sur le moteur, permet aussi une charge plus rapide à bas régime. 

Il existe aussi des solutions alternatives et moins couteuses, si l’on ne peut pas (ou veut pas) installer un deuxième alternateur:

Pour les installations avec un seul alternateur, on utilise un répartiteur de charge, permettant de charger plusieurs parcs de batteries (Moteur – Service – Propulseur…).  

Il en existe 2 types: 

– A diodes, qui par sa conception fait chuter d’environ 0,60V la tension de l’alternateur

– Electronique, sans chute de tension (en réalité une petite chute de tension de 0,10 V).

Pour des raisons qui semblent logique, si l’on veut une charge correcte de 14,40 V, il est donc indispensable de choisir un répartiteur électronique sans chute de tension.

3 types de montage avec un seul alternateur: 

– 1.  Remplacer l’alternateur existant par un alternateur puissant avec une régulation externe de type Booster permettant une recharge compète en 3 phases (Boost – Absorption – Floating)

– 2. Si l’on ne peut pas changer d’alternateur, il est possible de débrancher le régulateur interne et de brancher un régulateur externe de type Booster directement sur les balais de l’alternateur. Mais attention, un alternateur de 75 A de voiture, n’est pas conçu pour fournir une charge puissante en continu. Si l’alternateur dépasse une certaine température, il est donc indispensable de mettre une sonde de température sur l’alternateur, permettant de mettre le système en veille,.

– 3. La dernière alternative étant le chargeur d’alternateur. Son principal avantage, c’est sa facilité de montage, dans la mesure ou il va remplacer le répartiteur de charge et son coût relativement faible. Il améliore légèrement le rendement de l’alternateur, avec une charge à 3 phases (Boost – Absorption – Floating) sur les batteries de service. Ici aussi, il faudra installer une sonde de température sur l’alternateur

En résumé, voici 4 possibilités pour améliorer la charge provenant de votre moteur. Evidement le coût varie du simple au triple voir plus, suivant l’option que vous choisissez. 

Enfin pour toute installation d’un deuxième alternateur ou modification d’alternateur, elle doit faire l’objet d’une attention particulière et doit être réalisée par un professionnel. 

Les panneaux solaires:

Contrairement à l’alternateur ou le chargeur, on parlera de petite intensité. Dans les meilleures conditions, au mouillage, et par temps bien ensoleillé, un bon panneau solaire de 100W, pourra sortir 30 Ah en 24H. Mais en navigation, avec les mouvements du bateau et un peu d’ombre causée par la Grand’Voile, ce chiffre peut vite tomber à moins de 20 Ah en 24H. C’est un facteur important à prendre en compte, si l’on navigue souvent à la voile.   

L’éolienne:

Bien évidemment, tout dépendra du vent et de la région où l’on navigue. En Méditerranée Occidentale, nous avons du thermique en été l’aprés-midi, pas de vent le matin, ni le soir, le rendement ne sera donc pas forcement très intéressant. 

A l’inverse, dans les Cyclades en Grèce ou aux Antilles, avec des vents soutenus et plus réguliers, une éolienne de type D400 pourra charger environ 100 Ah sur 24H, voir plus.

Si l’éolienne est intéressante dans des mouillages venteux et dans des navigations au prés, elle ne sera pas du tout rentable par vent arrière. Ne comptez donc pas sur elle, pour une traversée Atlantique en direction des Antilles sur la route des Alizés.

L’hydro-générateur:

Si le système ne fonctionne pas au mouillage, un Hydro-générateur de type Watt&Sea devient rentable en navigation dès 4 nds. C’est l’équipement indispensable pour une traversée de l’Atlantique avec une production pouvant aller de 120 Ah sur 24H (moyenne de 4 nds) 240 Ah (Moyenne de 5 nds) et plus de 350 Ah avec une moyenne de 6 nds.

Pour résumer:

L’addition de ces 4 systèmes de recharge (Moteur avec alternateur de type Booster – Panneaux solaire – Eolienne – Hydro-générateur) devaient combler largement la dépense énergétique de votre voilier:

– 400W de panneaux solaires aux cellules « Back Contact » et un régulateur MPPT devaient fournir un minimum de 80 Ah sur 24H

– Une éolienne de type D400 devrait fournir dans de bonnes conditions, un minimum d’environ 80 Ah sur 24H

– Un Hydro-générateur de type Watt&Sea devrait fournir sur une traversée de l’atlantique, un minimum  d’environ 200 Ah sur 24H

– Et un alternateur de 90 A Booster avec une régulation externe devrait fournir un minimum de 60 Ah en 1H avec un parc de 600 Ah au PLOMB voir plus avec des batteries AGM ou LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique

L’investissement de ces 4 systèmes sera aussi très conséquent. 

 

Tableur de recharge Mac (Numbers)

Tableur de recharge PC (Excel)

Ici, comme pour le tableur de consommation, il pourra être modifiable et devra être adapté en fonction de chaque bateau et du programme de navigation. Pour les recharges dites écologiques, la recharge dépendra bien évidement des facteurs:

– Ensoleillement

– Vitesse et Allure de vent

– Vitesse du bateau

Tension des batteries:

Quelque soit le système de recharge, il faudra bien respecter la charge, en fonction des différents types de batteries et des normes des fabricants

En règle général, on aura:

Batterie au PLOMB ouvert:

Boost: 14,20 V

Floating: 13,20 V

Batterie PLOMB fermé, AGM, GEL:

Boost: 14,40 V

Float: 13,80 V

Batterie PLOMB/CALCIUM

Boost: 14,80 V

Floating: 13,70 V

La charge en 3 phases consiste à:

  • Boost: charge rapide de 0 à 80%
  • Absorption: charge de 80 à 100%
  • Floating: maintien en pleine charge

Certains chargeurs et régulateur externe de type Booster pour alternateur, ont la possibilité de modifier la durée de Boost et d’Absorption pour une meilleure charge.

Un mauvais réglage ne permettra pas de pouvoir charger les batteries à 100% et contribuera au vieillissement prématuré des batteries. 

 

Le nombre d’Ah et de batteries à bord:

Maintenant que l’on connait la consommation journalière, grâce au tableur, il va falloir déterminer l’ampérage du parc de batteries de service.

Premier point à savoir, c’est ce que peut fournir une batterie de 200 Ah 

– En moyenne:

– Batterie au PLOMB ouvert de démarrage: 30% de sa capacité

– Batterie au PLOMB fermé à plaques épaisses: 40% de sa capacité

– Batterie AGM: 50% de sa capacité

– Batterie au GEL: 60% de sa capacité

– Batterie au LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique: 80% de sa capacité

 

Prenons l’hypothèse que nous avons une consommation de 400 Ah sur 24H et que l’on veut une autonomie de 24H, il faudrait:

– Un parc de 1000 Ah pour des batteries au PLOMB fermé à plaques épaisses

– Un parc de 800 Ah pour des batteries AGM

– Un parc de 650 Ah pour des batteries au GEL

– Un parc de 500 Amps pour des batteries au LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique

On s’aperçoit très vite qu’il est assez compliqué d’avoir une autonomie de 24H sur une traversée, sans avoir un moyen de production efficace

 

 

Tableau gestion Voltage

 

Autre point important:

Le nombre de batteries montées en parallèles. Si l’on veut une installation correcte, il faut absolument éviter de dépasser plus de 3 batteries en parallèle et de respecter des règles très stricts sur le branchement:

– Câble de section la plus grosse possible (95 mm2)

– le plus court possible (moins de 50 cm)

– De même longueur pour avoir la même résistance entre chaque batterie.

Montage en parallèle de 3 batteries de 225 Ah – Câbles de 95 mm2 et de même longueur entre chaque bornes

 

Si l’on souhaite avoir un parc de 600 Ah à bord (ce qui est un minimum aujourd’hui), il est donc préférable d’avoir 3 x 200 Ah que 6 x 100 Ah. La rentabilité sera nettement meilleure. 

Le  montage en parallèle n’est pas performant et donc pas recommandé en grand nombre. A l’inverse, le montage en série est bien plus performant. C’est pour cela qu’il est recommandé d’avoir un minimum de batteries en parallèles.

Le problème c’est la place pour stoker les grosses batteries. C’est pour cela, qu’avant toute modification ou réfection électrique, il faut penser à trouver un emplacement pour pouvoir stoker 2 ou 3 batteries de 200/250 Ah au même endroit et respecter ainsi les règles très stricts sur le branchement des batteries décrit ci-dessus.

En voyant tous ces chiffres, on se dit que les batteries LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique ou au GEL sont de loin les meilleures. Effectivement, pour les batteries au GEL, elles offrent bien des avantages, mais leur faiblesse  va se situer au niveau des fortes intensités. Elles ne seront pas toujours adaptées pour un démarrage moteur, winchs électriques, micro-ondes, guindeau etc.. Au risque de les abîmer et de les vieillir prématurément. Vu leurs prix, ce serait dommage. Donc si vous avez à bord des gros consommateurs tel que les winchs électriques, optez pour des batteries de type AGM ou LITHIUM LiFePo4 avec BMS, sinon, sans gros consommateurs les batteries GEL seront bien évidemment plus avantageuses.

Les batteries au LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique, sont certainement les meilleures et les plus performantes, avec une capacité d’absorption et de décharge prés de 90%, très intéressant pour une recharge ultra rapide, des décharges très profondes et un nombre de cycle très élevé, d’où une durée de vie théorique, bien plus importante qu’une batterie classique. Mais leurs coûts restent très élevés pour le moment et l’on a pas encore beaucoup de retour sur la longévité de ces batteries. Donc ce sera un sujet à traiter dans quelques années.

 

Petits tableaux récapitulatifs:

 

Mon avis:

Si l’on dispose d’un peu de place et pour un budget d’environ 1000€, l’option AGM me semble bien pour sa capacité d’absorption élevée permettant une recharge rapide avec un alternateur puissant et la possibilité d’utiliser des winchs électriques ou autres appareils à forte intensité (micro-onde, cafetière expresso…) grâce à une capacité d’intensité plus élevée.

Si l’on dispose de peu de place et pour un même budget d’environ 1000€, l’option GEL sera un bon compromis, mais attention à la capacité d’absorption et d’intensité plus faible que les AGM

 

Ici aussi, j’ai une préférence pour les AGM avec une bonne capacité utilisation (340 Ah) et la possibilité d’avoir un alternateur très puissant pour une bonne recharge rapide, grâce à sa capacité d’absorption élevée. 

Enfin, on s’aperçoit très rapidement que les batteries Lithium LiFePo4 avec BMS Numérique sont bien au dessus de toutes les autres batteries, mais leurs prix aussi. 

 

 

Quelques hypothèses de configurations:

Configuration 1 pour un voilier de 45 pieds 12V:

Stockage énergie:

Parc 1 (Moteur-12V): 1 x 75 Ah de type AGM Spiral

Parc 2 (Service-12V): 675 Ah (3x 225 Ah) de type AGM (50 % utilisables)

ou            400 Ah (2X200 Ah) de type LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique (80% utilisable)

Parc 3 (Prop/Guindeau-12V): 2 à 3 x 75 Ah de type AGM Spiral

Charge:

Moteur: 1 Alternateur puissant avec une régulation externe de type Booster permettant une recharge compète en 3 phases (Boost – Absorption – Floating)

  1 répartiteur sans chute de tension pour charger la batterie moteur et le parc de service 2

  1 relais Cyrix-ct* entre la batterie moteur et les batteries du Propulseur/Guindeau

  1 relais** manuel entre la batterie moteur et le parc de batteries de service

Panneaux Solaires: 2 x 100 W sur un portique + 2 x 100 W sur le Bimini avec cellules « Back Contact » et régulateurs MPPT

Eolienne: de type D400 si l’on navigue dans une région venteuse

Hydro-générateur: Watt & Sea 600 W pour une traversée de l’Atlantique

*Le relais Cyrix-ct permet de coupler la batterie moteur et celles du Propulseur, lorsque le moteur est en marche. Cela permettra de charger les 2 parcs de batteries sans chute de tension. Lorsque le moteur est arrêter, et après une stabilisation de la tension, le relais se coupe, permettant de séparer les 2 parcs de batteries.

Cette version possède un StartAssist en cas de défaillance de la batterie moteur

** Le relais de puissance manuel permet de coupler la batterie moteur au parc de batteries de service. En cas de panne de la batterie moteur, il suffira d’actionner un petit bouton poussoir préalablement installé prés du tableau électrique moteur. En un clic, même avec la batterie moteur HS, vous redémarrerez votre moteur. Puis en relâchant ce petit bouton poussoir, tout redeviendra comme avant, c’est le répartiteur qui chargera vos 2 parcs de batteries indépendamment. 

Ces 2 relais ont pour fonction principale de démarrer le moteur rapidement en cas de défaillance de la batterie moteur.  Dans cette configuration, le premier relais (Cyrix-ct) couple la batterie moteur avec celle du propulseur 30 secondes avec la fonction StarAssist pour un démarrage d’urgence. Le deuxième (manuel) couple la batterie moteur avec les batteries de service. 

2 choix d’options pour un démarrage d’urgence en cas de soucis sur la batterie moteur.

 

Si on est un gros consommateur d’énergie avec congélateur etc… il faudra avoir un parc de batterie bien plus important en Ah. 

Pour éviter de dépasser 3 batteries en parallèle, il sera préférable d’avoir une configuration plus complexe:

– Soit passer en 24V, car le montage en série est bien plus approprié et plus rentable que le montage en parallèle

– Soit, rester en 12V. Dans ce cas, il faudra opter pour 2 parcs de batteries de servitude. 

 

Configuration 2 pour un voilier à gros consommateur d’énergie de plus 45 pieds en 12 Volts:

Stockage énergie:

Parc 1 (Moteur-12V): 1 x 75 Ah de type AGM Spiral

Parc 2 (Service-12V): 675 Ah (3x 225 Ah) de type AGM (50 % utilisables)

Parc 3 (Service-12V): 675 Ah (3x 225 Ah) de type GEL (60 % utilisables)

Parc 4 (Prop/Guindeau-12V): 3 x 75 Ah de type AGM Spiral

Les gros consommateurs en intensités comme les winchs électriques, micro-ondes, Machine à laver, dessalinisateur 12V… seront branchés sur le parc de batteries AGM.

Les gros consommateurs d’énergie comme le congélateur, frigo, pilote-automatique… seront branchés sur le parc de batteries GEL

Charge:

Moteur: 1 Alternateur d’origine pour la batterie moteur et les batteries Propulseur/Guindeau

  1 relais Cyrix-ct* sur l’alternateur d’origine, entre la batterie moteur et les batteries du Propulseur/Guindeau

  1 Deuxième alternateur puissant avec une régulation externe de type Booster permettant une recharge compète en 3 phases (Boost – Absorption – Floating)

  1 répartiteur sans chute de tension sur l’alternateur puissant,  pour charger les parcs de service 2 et 3

  1 relais** manuel entre la batterie moteur et le parc de batteries de service AGM

Panneaux Solaires: 2 x 100 W sur un portique + 2 x 100 W sur le Bimini avec cellules « Back Contact » et régulateurs MPPT

Eolienne: de type D400 si l’on navigue dans une région venteuse

Hydro-générateur: Watt & Sea 600 W pour une traversée de l’Atlantique

Ici, nous avons une configuration confortable, mais complexe. Il faudra bien répartir les décharges et le recharges, afin d’équilibrer les parcs de batteries de servitude 2 et 3. 

 

Configuration 3 pour un voilier à gros consommateur d’énergie de plus 50 pieds en 24 Volts:

Stockage énergie:

Parc 1 (Moteur – 12V): 1 x 75 Ah de type AGM Spiral 

Parc 2 (Service – 24V): 675 Ah (6x 225 Ah Montage parallèle/Série) de type AGM (50 % utilisables)

Parc 3 (Prop/Guindeau – 12V): 3 x 75 Ah de type AGM Spiral

L’option batteries AGM a été retenu, pour les gros consommateurs en intensités comme les winchs électriques, micro-ondes, Machine à laver, dessalinisateur

Charge:

Moteur: 1 Alternateur d’origine 12V pour la batterie moteur et les batteries Propulseur/Guindeau

  1 relais Cyrix-ct* sur l’alternateur d’origine, entre la batterie moteur et les batteries du Propulseur/Guindeau

  1 Deuxième alternateur 24V puissant avec une régulation externe de type Booster permettant une recharge compète en 3 phases (Boost – Absorption – Floating), pour charger le parc de servitude 24V

Panneaux Solaires: 2 x 100 W sur un portique + 2 x 100 W sur le Bimini avec cellules « Back Contact » et régulateurs MPPT

Eolienne: de type D400 si l’on navigue dans une région venteuse

Hydro-générateur: Watt & Sea 600 W pour une traversée de l’Atlantique

 

Configuration 4 pour un voilier à gros consommateur d’énergie de plus 45 pieds en 12Volts Batteries LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique:

Stockage énergie:

Parc 1 (Moteur – 12V): 1 x 75 Amps de type AGM Spiral 

Parc 2 (Service – 12V): 675 Ah (3x 225 Ah) de type LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique (80 % utilisables)

Parc 3 (Prop/Guindeau – 12V): 3 x 75 Ah de type AGM Spiral

Charge:

Moteur: 1 Alternateur d’origine 12V pour la batterie moteur et les batteries Propulseur/Guindeau

  1 relais Cyrix-ct* sur l’alternateur d’origine, entre la batterie moteur et les batteries du Propulseur/Guindeau

  1 Deuxième alternateur 12V puissant avec une régulation externe de type Booster pour charger le parc de servitude 12V

Panneaux Solaires: 2 x 100 W sur un portique + 2 x 100 W sur le Bimini avec cellules « Back Contact » et régulateurs MPPT

Eolienne: de type D400 si l’on navigue dans une région venteuse

Hydro-générateur: Watt & Sea 600 W pour une traversée de l’Atlantique

 

 

Pour les plaisanciers qui passent beaucoup de temps à bord de leur voilier, on a besoin de l’énergie du bord délivrée par le parc de batteries de servitude, mais pas celle de la batterie moteur. Certains plaisanciers coupe le coupe-batterie du moteur, ce qui est très bien. Néanmoins, les chantiers, n’installent que le coupe-batterie positif pour le moteur. Le moins étant général, on ne peut pas le couper. 

Si vous souhaitez protéger votre moteur, arbre, hélice, de tout risque d’électrolyse, il est souhaitable d’isoler complètement le moteur. Le positif et le négatif. L’utilisation d’un coupe-circuit Bi-polaire reste une bonne solution. Attention toutefois aux alternateurs, qui peuvent avoir du courant même avec l’installation d’un Bi-polaire. 

Toute modification électrique doit faire l’objet d’une attention particulière et doit être réalisée par un professionnel.

 

Optimiser sa consommation

Maintenant que l’on a de quoi stocker et produire correctement notre énergie, il faudra faire attention à ne pas trop la gaspiller. Pour cela, il y a quelques points qui faut particulièrement suivre. 

Le frigo:

C’est un des plus gros consommateur d’énergie dans notre tableau. Au mouillage ou en pleine mer, il fonctionne en permanence jour et nuit. 

Personnellement, je trouve que l’isolation standard des frigos est très faible. Il est vrai qu’une bonne isolation prend de la place.

Personnellement, j’ai opté pour une isolation supplémentaire de 20 mm tout autour et à l’intérieur de mon frigo. Et le résultat a été convaincant, j’ai  gagné plus de 20% de consommation en moins. 

L’été, le compresseur souffre de la chaleur, il est donc conseillé de bien le ventiler, quitte à rajouter un ventilateur supplémentaire pour lui amener de l’air frais par le bas et évacuer l’air chaud par le haut naturellement. 

Si vous devez changer le compresseur, optez pour un compresseur refroidi par eau de mer. Aujourd’hui, plusieurs fabricants proposent cette option.

Un autre point important, c’est la gestion des ouvertures du frigo. Plus on l’ouvre, plus on perd de l’énergie. Imaginez votre voiture climatisée avec une vitre ouverte, ça ne fonctionne pas. Alors comment faire:

C’est frustrant pour la personne attitrée, mais le seul moyen d’éviter des ouvertures prolongées c’est d’avoir une seule personne responsable du frigo. Car la personne qui range le frigo, sait exactement où se trouvent les aliments et évitera de rester de longues minutes à les chercher au fond du frigo. 

Le dernier point sera bien évidemment de ne pas oublier de reboucher l’évacuation au fond du frigo. Sinon, c’est les fonds de cale que vous allez refroidir.

Le pilote automatique:

Ici, c’est un travail de longue haleine, car il faut connaître son bateau. Avec un voilier bien réglé, pas trop ardent et pas trop dur à la barre, on peut affiner quelques réglages au pilote (Barre – Contre Barre – Rudder…) et diminuer ainsi la consommation du pilote. Ces petits réglages peuvent varier du simple au double la consommation. Alors, il ne faut pas hésiter à s’y pencher un petit peu.

L’éclairage:

Aujourd’hui, avec les LED, les consommations sont divisées par 6. On trouve toutes les ampoules adaptables pour nos anciennes appliques, feux de navigation et de mouillage. Alors inutile de s’en priver !

L’équipement divers:

PC « Ultra Low Voltage » écran de PC LED, télévision LED. Aujourd’hui il existe une multitude d’équipements à basse consommation, alors lorsque vous achetez un équipement, pensez à toujours regarder derrière, la petite étiquette indiquant la consommation de l’appareil. Vous risquez d’être surpris de voir des différences importantes sur des appareils sensiblement similaires. 

Conclusion

J’espère que cet article vous permettra d’y voir plus clair sur un sujet qui ne cesse d’évoluer avec les nouveautés constantes des Batteries avec notamment les nouvelles LITHIUM LiFePo4 avec BMS Numérique, Chargeurs, Panneaux solaires, Eolienne, Hydro-Générateur etc…

Reste à bien étudier votre besoin en fonction du style de navigation, car l’on navigue tous un peu différemment (Côtier – Semi-Hauturier – Hauturiers – Priorité Voile – Priorité temps en privilégiant le moteur – Equipage – Equipage réduit – En couple – Solitaire etc…) et bien évidemment, en fonction du budget qu’on veut allouer au bateau. 

© Olivier Costa – 2018

Stella Maris 3

Stella Maris 3

Comments are closed here.